🇫🇷 L'identité est la clé de notre vision pour l'Afrique

La décentralisation et l’utilisation de la blockchain pour résoudre les problèmes du monde réel permettront d’offrir un nouvel avenir au continent

28 Avril, 2021 Charles Hoskinson 7 min de lecture

Hier, dans le cadre de la présentation #CardanoAfrica, nous avons exposé notre vision audacieuse pour le continent - et comment nous la concrétisons. Voici comment nous avons introduit cet événement très spécial

J’ai créé Input Output en février 2015 avec un rêve - celui d’offrir une identité économique aux milliards de personnes dans le monde qui n’ont aucun contrôle sur leur propre vie.

La réalité est que les gens vivent dans deux configurations différentes ; une pour les pays développés et une pour les pays en développement. Pour la plupart des gens comme moi dans le monde développé, il y a beaucoup de choses que nous prenons pour acquises. Le fait est qu’il est facile pour nous d’avoir une identité, des passeports, des permis de conduire. Il est facile pour nous de voyager. Il est facile pour nous de prouver notre solvabilité et d’obtenir des titres de compétences. Il est facile pour nous d’emprunter de l’argent, de souscrire une assurance et de traiter les paiements. Par exemple, si quelqu’un vous rend un service, vous pouvez lui envoyer quelque chose en quelques secondes en utilisant une application bancaire ou un service de paiement mobile tel que Venmo. Vous pouvez lui envoyer une transaction PayPal. Nous considérons cela comme acquis et, pour la plupart, cela fait partie de notre vie quotidienne.

Mais lorsque vous vivez dans le monde en développement, les choses sont très différentes. Il est très difficile de se mondialiser. Il est difficile de prouver que l’on produit quelque chose dans le cadre du commerce équitable ou d’une manière durable. Il est difficile pour les gens de recevoir de l’argent et d’en envoyer. Les opérations d’envoi d’argent sont assorties de frais s’élevant à 8 % à 15 % de la valeur du transfert. Lorsqu’une personne souhaite emprunter de l’argent, si tant est que cela soit possible, les transactions de microfinancement peuvent être assorties de taux d’intérêt pouvant atteindre 85 %, selon la Banque mondiale.

La raison de ces frais élevés n’est pas l’avarice, le racisme ou un quelconque mal dans l’ordre mondial. Il s’agit plutôt d’une question de systèmes. Certains pays bénéficient d’une infrastructure financière supérieure à celle d’autres systèmes. Le problème est que les systèmes hérités que nous avons sont fondamentalement incompatibles avec une mondialisation totale, sans admettre une centralisation totale derrière une norme, comme la manière américaine ou la manière chinoise.

Le monde peut aller au-delà de cela. Nous sommes au XXIe siècle, un siècle avec l’iPhone, un siècle avec internet et le World Wide Web, un siècle où les informations peuvent circuler presque instantanément. Par conséquent, nous avons la possibilité de créer une meilleure façon de gouverner. Nous n’avons plus besoin d’entités centrales. Nous n’avons plus besoin de gouvernements centraux. Tout comme internet, les choses qui traitent nos paiements, établissent nos relations contractuelles, ancrent notre identité, prouvent notre propriété et permettent aux rouages du commerce de fonctionner, peuvent être réalisées par la même technologie décentralisée qui a permis des innovations telles que Bitcoin, Ethereum et Cardano.

Nous avons commencé Input Output en nous basant sur des principes. Nous avons commencé par la science. Nous avons construit des laboratoires de recherche dans le monde entier, embauché des dizaines de docteurs et nous avons depuis écrit plus d’une centaine d’articles, dont beaucoup ont été testés dans le merveilleux creuset de l’examen par les pairs universitaires. Citation après citation, conférence après conférence, revue après revue, nous avons construit un corpus de connaissances scientifiques qui nous a permis de comprendre comment construire des systèmes qui peuvent s’adapter non seulement à des millions, mais à des milliards d’utilisateurs. Ces systèmes peuvent préserver une vérité fondamentale, à savoir que nous sommes tous égaux et que nous méritons tous d’avoir accès aux mêmes marchés.

Que vous soyez un milliardaire de la technologie ou un berger du Sénégal, vous devriez recevoir un même traitement et une considération égale. Vous devriez bénéficier d’un accès égal aux marchés et le mérite devrait être le facteur de différenciation, pas la géographie ou la génétique.

Nous avons construit de grands protocoles comme Cardano. Il ne s’agit plus seulement de promesses, il est maintenant question de livraison.

Pendant quatre ans, nos collaborateurs ont vécu en Éthiopie et ont voyagé à travers l’Afrique, au Rwanda, en Ouganda, en Tanzanie, au Nigeria, au Kenya et en Afrique du Sud. Peu importe où les vents les emmenaient, les promesses, les engagements et les rêves étaient les mêmes. Nous voulions répandre notre vision de changer la façon dont le monde fonctionne en repoussant le pouvoir à la périphérie et en permettant aux gens d’être leur propre banque, en leur permettant d’avoir leur propre identité.

Le premier fruit de notre travail est l’accord conclu avec le ministère éthiopien de l’éducation. Il concernera cinq millions d’étudiants utilisant la technologie Atala Prism intégrée à la blockchain Cardano. Chacun de ces étudiants aura une identité numérique - un DID. Ce DID contient des informations - des métadonnées - qui les accompagneront tout au long de leur vie universitaire et les suivront dans le monde économique. Lorsque ces millions d’étudiants obtiendront leur diplôme, lorsqu’ils entreront dans l’économie, cette infrastructure pourra être utilisée pour l’achat de biens, les paiements, le vote et toutes les autres questions de leur vie économique.

Ce qui est beau dans cet accord, c’est qu’il est extensible. Nos priorités et nos objectifs sont alignés sur la vision, les priorités et les objectifs du gouvernement éthiopien. L’année dernière, le gouvernement a défini sa stratégie nationale de transformation numérique - Éthiopie 2025. Il s’agit d’une vision audacieuse visant à numériser le pays, comprenant un système d’identité nationale. Nous sommes convaincus que le travail que nous avons accompli ici avec Prism et Cardano pour ces cinq millions d’étudiants deviendra inévitablement une source d’inspiration, et peut-être le système, pour 107 millions d’Éthiopiens, leur permettant pour la première fois de se mondialiser sur un pied d’égalité avec les États-Unis, l’Union européenne, la Chine et d’autres économies puissantes.

En outre, ce système a le potentiel d’aller bien au-delà de l’identité. Nous pensons qu’il peut aider les gens à trouver un emploi, car il peut vérifier leurs références et les aider à prouver leurs compétences. Le système peut être utilisé pour toute une série d’activités, établissant les gens comme des acteurs crédibles qui ont gagné le droit d’avoir un emploi.

Ce n’est que l’Éthiopie. Nous avons également des partenaires en Tanzanie, World Mobile, et des partenaires sur tout le continent. Chacun d’entre eux a des espoirs et des rêves sur la façon d’appliquer cette technologie. La magie de Cardano est que, comme Bitcoin, il est sans permission. Il n’est pas nécessaire d’enregistrer ou d’obtenir une licence. Il n’est pas nécessaire de demander à quelqu’un le droit de l’utiliser. Il s’agit plutôt d’une plateforme ouverte.

Et si ces projets ont été menés par Input Output Global et nos partenaires, ils servent d’inspiration à d’innombrables entrepreneurs en Afrique. Ils peuvent réaliser leurs rêves, leurs entreprises. Qu’il s’agisse d’un Uber décentralisé, de la titrisation d’une petite entreprise ou d’une nouvelle façon de représenter les ressources dans les échanges et le commerce, le résultat serait un élément d’infrastructure accessible à tous, ouvert à tous sur le continent, pour aider les autres à réaliser leurs rêves.

Notre industrie a créé beaucoup d’innovations vraiment intéressantes. NFTs, DeFi, security token offerings, et ICOs, et la plupart de ces choses ont été basées sur les promesses d’un nouveau monde. Je pense qu’au cours des cinq prochaines années, lorsque cette technologie se déploiera dans toute l’Afrique et dans de nombreuses autres régions du monde, comme l’Asie du Sud-Est, l’Asie centrale et l’Europe de l’Est, ces promesses pourront être transformées en nouveaux modèles commerciaux.

Des milliers d’innovations sont possibles avec l’infrastructure blockchain. Que vous l’utilisiez pour voter, pour trouver le capital dont vous avez besoin en tant qu’entrepreneur pour prospérer, pour prendre soin de ceux que vous aimez, ou pour la planification successorale afin que vos désirs et vos croyances puissent transcender même votre propre mort. Toutes ces choses sont possibles grâce à la technologie que nous avons construite, élaborée à l’aide de méthodes formelles et de langages de programmation avancés comme Haskell, et validée par une évaluation par les pairs.

Le chemin parcouru a été difficile, et il n’a été possible qu’avec l’aide de milliers de personnes. Célébrons-les aussi, alors que nous marquons cette première étape dans la réalisation du rêve de donner aux Africains le contrôle de leur propre vie.

Pour en savoir plus sur notre travail sur le continent, visitez notre nouveau site Cardano Africa.

article original: Identity is the key to our vision for Africa - IOHK Blog

1 Like