🇫🇷 Résumé: Qu'est-ce que le Proof-of-Stake? (Aggelos Kiayias)

11 Mars 2021 - Temps de lecture : 3 min.

Auteur : @maki.mukai

Traduction : @Cassandre

Le professeur Aggelos Kiayias 5 est le Directeur scientifique de l’IOHK et est titulaire de la chaire de cyber-sécurité et de protection de la vie privée à l’université d’Édimbourg. Ses recherches portent sur la sécurité informatique, la sécurité de l’information, la cryptographie appliquée et les fondements de la cryptographie, avec un accent particulier sur les technologies de blockchain et les systèmes distribués, le vote électronique et les protocoles multipartites sécurisés ainsi que la gestion de la vie privée et de l’identité. Il a été à l’origine du développement d’Ouroboros, l’algorithme Proof-of-Stake proposé pour Cardano. Ouroboros est sécurisé, ce qui signifie qu’il offre des garanties de sécurité mathématiquement prouvées.

Dans cette vidéo récente, le professeur Kiayias nous donne un aperçu de ce qu’est le Proof-of-Stake et de la façon dont on peut le comparer au Proof-of-Work

Settlement layer & consensus

· Le protocole Ouroboros est le noyau de la blockchain Cardano.

· Il s’agit du settlement layer (validation et règlement des transactions du bloc concerné), ce qui signifie que les utilisateurs peuvent demander à voir si une transaction a été intégrée et si sa sortie a été acceptée par le réseau.

· Le settlement layer est l’un des éléments les plus critiques d’une crypto monnaie.

· Bien sûr, il est possible d’avoir un serveur unique et de mettre en oeuvre le settlement layer en tant que service centralisé.

· Ce système fonctionnerait et assurerait la vivacité (la vivacité signifie que les transactions seront acceptées dans le système).

· Mais cette méthode présente également un inconvénient important dans la mesure où elle introduit un point de défaillance unique dans le système.

· Le serveur peut être piraté ou contrôlé par quelqu’un qui veut censurer les transactions et, par conséquent, le système serait complètement à la merci de ceux qui le contrôlent et ces acteurs contrôleraient quelles transactions seraient incluses ou non dans le système.

· C’est pourquoi la décentralisation est extrêmement importante pour les crypto actifs.

· Avec la décentralisation, nous sommes en mesure d’établir la confiance à partir d’un seul point de défaillance à un ensemble d’acteurs qui fournissent en collaboration le même service de settlement layer.

· Cela met en évidence un problème classique en informatique qui est connu sous le nom de consensus.

· Le consensus est étudié depuis plus de 40 ans dans le domaine de l’informatique.

· Il fait référence au problème auquel un ensemble de parties est confronté lorsqu’elles veulent parvenir à un accord commun pour produire le même résultat.

· Et si ce problème est bien compris dans la littérature, toutes les solutions qui ont été étudiées (avant l’arrivée du protocole Bitcoin) présentent la même lacune.

· Cette lacune fait supposer que l’ensemble des parties qui gèrent le protocole se connaissent et qu’il existe une infrastructure de dénomination fiable.

· Si cela a du sens pour les systèmes classiques de l’informatique, ce n’est pas compatible avec le fonctionnement de l’internet et parce qu’il n’y a pas d’infrastructure de dénomination fiable disponible au niveau mondial.

Puis vint le protocole Bitcoin…

· En 2009, le protocole Bitcoin vit le jour, ce qui a permis pour la première fois de réfléchir à la recherche d’un consensus sans avoir à assumer des noms préexistants pour les participants qui gèrent le protocole.

· Cela est très important car l’exécution du protocole est devenue publique et toutes les parties intéressées sont ouvertes et libres de participer à l’exécution du protocole et de contribuer à l’intégrité du registre.

· De cette manière, l’intégrité du système est maximisée et il est possible de créer un settlement layer extrêmement difficile à perturber.

· Cependant, le protocole Bitcoin a également connu une chute importante, à savoir son énorme besoin en énergie.

· Pour que le protocole fonctionne, il faut que les participants résolvent ce que l’on appelle le « Proof-of-Work ».

· Cela signifie que chacun des serveurs qui participent à la mise en œuvre du settlement layer doit résoudre un problème de calcul difficile, ce qui demande beaucoup d’énergie.

· Ainsi, si le protocole présente de nombreuses qualités souhaitables en matière de décentralisation, il présente également l’inconvénient d’exiger une dépense énergétique extrêmement élevée.

· Pour cette raison, des discussions ont rapidement eu lieu au sein de la communauté Bitcoin pour savoir si les qualités de décentralisation peuvent être conservées, tout en éliminant le gaspillage d’énergie.

· De nombreuses idées ont été proposées pendant cette période par un certain nombre de personnes.

Proof-of-Stake

· Parmi ces propositions, le Proof-of-Stake (PoS) est devenu le moyen le plus important et le plus convaincant de supprimer cette nécessité de Proof-of-Work et le gaspillage d’énergie qui y est associé.

· Maintenant avec PoS, ce que les participants font pour faire avancer le protocole est de se référer aux ressources dont ils disposent qui existent déjà et qui sont enregistrées dans le registre.

· Ce référencement ne nécessite pas de dépenses énergétiques.

· Et c’est ce qui permet au PoS de fournir un type de décentralisation similaire à celui de Bitcoin, mais sans avoir réellement le gaspillage d’énergie qui accompagne Bitcoin ou d’autres protocoles basés sur PoW.

· Les protocoles PoS peuvent tirer parti de tous ces outils cryptographiques de pointe disponibles aujourd’hui et fournir des protocoles de blockchain qui peuvent réellement se mettre à l’échelle et être plus participatifs que d’autres protocoles qui se trouvent dans l’espace du registre distribué.

· Et parce que ces protocoles PoS sont basés sur des outils cryptographiques (tels que la signature numérique et les certificats à clé publique), il est possible d’utiliser des protocoles cryptographiques qui peuvent fournir des services utiles et de construire ces protocoles au-dessus des registres PoS très naturellement.

De cette manière, les registres de PoS peuvent fournir un type de fonctionnalité assez polyvalent et répondre aux exigences de nombreuses applications différentes, y compris, mais pas exclusivement, le vote électronique, la gestion de la chaîne d’approvisionnement et de nombreuses autres applications de registres de distribution de grande valeur.

Article original: Summary: What is Proof of Stake? (Aggelos Kiayias) - #2 by Alexandra

3 Likes